4 réflexions au sujet de « Maker Faire Paris »

  1. Bonjour,

    J’ai été emballé par votre projet, lors du Maker Faire 2017.
    Je comprend la genèse et certains choix technologiques, je regrette un peu que vous ayez enterré un peu vite, la plateforme Arduino 8 bits pour du STM 32bits, et l’impression 3D pour la fabrication de la cinématique X et Y dans sa version 2, pour une meilleur intégration du bras libre, en impression 3D justement !

    A vous relire
    Par contre super choix pour le DryLin !
    L’important n’est pas là, c’est d’avoir réussi votre pari, nous attendons les updates logiciel, firmware, et V3+ du hardware !
    Pas de git ?

    Par avance, merci

    1. Oui, l’utilisation de rails drylin à été un vrais progrès aussi bien en rigidité qu’en qualité et en facilité d’approvisionnement.
      Le choix d’une plateforme plus puissante que les arduinos des la version 2 a été motivé par plusieurs facteurs (vitesse, mémoire, calculs en virgule flottante, prix, …) au détriment sans doute de la facilité d’accès.
      Le firmware et sa gestion des moteurs et de la communication avec l’ordinateur auraient de toute façon été difficile à analyser par le profane.
      L’envie aussi de faire découvrir d’autres plateformes a influencé ce choix.
      Les prochaines évolutions envisagées de l’électronique et du firmware nous confortents dans cette decision puisqu’ils devront utiliser des calculs encore un peu plus complexes et ce sur une carte entièrement maison.

      Pour l’abandon de l’impression 3D plusieurs raison:
      – rigidité
      – meilleure résistance aux vibrations
      – prix
      – temps de fabrication
      – répétabilité bien plus facile d’une machine a l’autre
      – volonté de faire tester d’autres outils
      – plaisir personnel de jouer avec de nouvelles contraintes de fabrication (oui, ce genre de critere est critique dans un projet open 😉 )

      Il est important dans un projet de choisir l’outil le plus adapté. L’impression 3D a plein d’avantage mais aussi des inconvénients.
      Vous noterez d’ailleurs que nous avons conservé cet outil pour les pieces d’adaptation (machine et cadre) qui seront spécifiques à chaque machine et pour lequel l’envoi d’un simple fichier 3D sera plus simple.

      Nous utilisons le git de l’electrolab (code.electrolab.fr) pour le développement de l’application et du firmware mais les dépôts sont pour le moment en privé.
      Nous finalisons en ce moment la version “alpha” du soft qui n’aura pas encore de réelle interface utilisateur (tous se fait au raccourci clavier) en attendant la version “béta” qui verra l’apparition des boutons et autre menus.
      Le code a été cleané mais il reste quelques bugs a corriger et nous voudrions ajouter au moins un format d’export ainsi que compiler une version windows avant release

      Nous posterons des news sur ce site et sur le twitter de l’electrolab des qu’il y aura des news 😉

  2. bonjour.

    je suis à la recherche d’un programme pour créer des broderies pour une pfaff… malheureusement je tourne sur IOS et je ne trouve que des programmes très cher. avez-vous mis au point un programme de création de broderie? pouvez vous me dire si vous en connaissez un?

    1. Nous sommes entrain d’en développer un.
      Il n’est pour le moment pas utilisable en dehors de notre machine car il ne sais pas sortir de fichiers de broderie.
      En broderie il n’existe aujourd’hui que des formats propriétaires fermés qu’il faut étudier pour pouvoir les reproduire (et ce sans garantie de compatibilité).
      A ma connaissance le logiciel opensource le plus avancé aujourd’hui c’est embroider modder. Malheureusement son développeur a l’air d’avoir laissé tomber depuis plusieurs années (après un crowdfunding raté).

      En ce moment nous nous concentrons sur une nouvelle version de la carte électronique et du firmware du module de broderie et avons donc mis un peu en standby le développement du soft.
      La prochaine étape de son développement sera de lui mettre une vraie interface utilisateur (on a commencé à travailler dessus) car pour le moment on ne peux travailler qu’aux raccourcis clavier et certaines fonctions ne sont pas utilisables sans interface (impossible de changer l’ordre des tracés par exemple)

      Une des piste pour l’export serait d’utiliser justement la librairie développée pour embroider modder qui a l’air de gérer pas mal de formats (mais comme déjà signalé sans aucune garanties de compatibilité)
      D’ailleurs si vous voulez faire avancer le projet vous pouvez tester le convertisseur d’embroider modder pour vérifier qu’il sort des fichiers bien compatibles avec votre machine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *